Quelle taille faites-vous ?

FÉVRIER 2019

 

La légende raconte que les raisins étaient petits et peu sucrés…

Un jour, un âne s’est régalé d’une vigne au grand désespoir du propriétaire. L’année suivante les raisins étaient gros et sucrés à souhait. La taille était née !

 

La vigne est une liane, si on ne la maitrise pas elle va grandir, grandir … et produire des raisins de faible qualité.

C’est par sa façon de tailler la vigne que le vigneron va décider de la quantité et de la qualité de ses raisins pour le millésime à venir.

 

Il existe plusieurs manières de tailler. Le choix se fait en fonction  du résultat que l’on veut obtenir (productivité ou qualité) mais aussi en fonction de la région. Par exemple, dans le Rhône sud, il y a tellement de soleil que si l’on taillait comme en Champagne les raisins seraient grillés.

Ils taillent donc en gobelet : les sarments munis de feuilles « retombent » sur les raisins et les protègent de l’excédent de soleil.

 

Dans l’hémisphère nord, les vignerons vont palisser : faire courir les sarments le long des fils. Si les vignerons du sud de la France palissaient les vignes, elles seraient arrachées par la violence de la tramontane et du mistral. Aucun danger chez nous.

 

Dans le nord, beaucoup de vignerons choisissent la taille Guyot. Nous en faisons partie. Il y a la Guyot simple et la Guyot double: un sarment plié ou deux sarments. C’est un choix à nouveau en fonction de la qualité recherchée.

Visant la qualité plutôt que la quantité, nous pratiquons le Guyot simple parce que nous voulons très peu de raisins et parce que nous avons planté serré, 10.000 pieds à l’hectare ne laissant pas beaucoup  de place entre les pieds. 

 

Le dicton dit «Taille tôt, taille tard, rien ne vaut la taille de mars ». 

 

Pourquoi ? Parce qu’en mars la sève monte. Ainsi, au moment de la taille, la sève va sortir et ainsi «pousser» les éventuelles maladies hors du bois, les empêchant de se développer dans la plante.

Nous respectons ce dicton… sauf cette année !

Nous avons déjà commencé la taille le 21 février car en mars le calendrier lunaire est malaisé : 10 jours en périgée (ce qui nous interdit de tailler ) et lune montante du 1 au 15 mars… Ce qui nous laisserait seulement 10 jours de taille. Imaginez qu’une vague de froid arrive justement à ce moment là, nous nous retrouverions en avril sans avoir terminé la taille : catastrophe !

Avec la chaleur de ces derniers jours la nature est en avance et la sève sort dès que nous taillons.

 

Pour ces deux raisons, nous avons eu raison de tailler dès fin février !

 

La preuve en photos

 Jean Galler Septem Triones - Rue des Anglais, 30C - B-4051 Chaudfontaine  - contact@septemtriones.be

© 2020 Jean Galler, All Rights Reserved - Confidentialité

  • Black Facebook Icon